Spectacles 2016 – 2017 (Châteauvallon et Le Liberté)

 

PARTENARIAT 

RELAIS PEIRESC 

CHATEAUVALLON  

LE LIBERTÉ

 

I) CHÂTEAUVALLON

30 PLACES RESERVEES PAR SPECTACLE 

SAISON 2016-2017

RESERVATIONS POSSIBLES DES LE 1 JUILLET 2016

TARIF SPECIAL RELAIS PEIRESC : 16 € (AU LIEU DE 27 €)

Règlement par chèque à l’ordre de « Châteauvallon » 

Bus gratuit aller-retour Relais Peiresc – Châteauvallon

 

1 – CA IRA / 1 FIN DE LOUIS :

—> vendredi 9 décembre 2016 à 19h30 

Joël Pommerat a obtenu pour cette pièce 3 Molières

Ca ira(1) Fin de Louis©Elisabeth Carecchio2

Joël Pommerat aborde les rivages de l’Histoire, particulièrement l’année 1789, sous le titre laconique de Ça ira (1) Fin de Louis, plongeant le spectateur au cœur de la parole et du combat politiques. Son spectacle choral est comme une impitoyable machine à remonter le temps aussi envoutante que fascinante. Costumes sobres, dispositif classique à l’italienne, absence d’imagerie révolutionnaire et pourtant toute la pièce ne parle que de ça : la Révolution Française. Éblouissants, ses quatorze acteurs trouvent l’état sensible de 1789 pour nous embarquer dans cette épopée dont on sort électrisé. Tant de joutes verbales, d’états de colères et d’états de rage ! Chacun endosse plusieurs rôles, parfois aux convictions opposées, dit l’inutilité de la guerre, la naissance des droits de l’homme, et l’éveil à la conscience politique. Les idées et les corps palpitent, la fièvre monte. On est tour à tour le peuple, le tiers état, l’élite. C’est la révolution incarnée.

Horaire exceptionnel et durée de 4h30 avec deux courtes pauses

Joël Pommerat a obtenu pour cette pièce 3 Molières : celui du théâtre public, du metteur en scène et de l’auteur francophone de l’année.

Une création théâtrale de Joël Pommerat

Avec – Saadia Bentaieb, Agnès Berthon, Yannick Choirat, Eric Feldman, Philippe Frecon, Yvain Juillard, Anthony Moreau, Ruth Olaizola, Gérard Potier, Anne Rotger, David Sighicelli, Maxime Tshibangu, Simon Verjans, Bogdan Zamfir

 

2 –  LA RESISTIBLE ASCENSION D’ARTURO UI :

–> jeudi 19 janvier 2017 à 20h30

–> Avec Philippe Torreton

ui

Ah la belle histoire que celle qui lie le metteur en scène Dominique Pitoiset et l’acteur Philippe Torreton ! Ensemble ils ont offert un troublant Cyrano de Bergerac campé magnifiquement par Philippe Torreton sur la scène de Châteauvallon en mars 2013 ; aujourd’hui l’acteur endosse le rôle-titre de la pièce de Bertolt Brecht, La résistible ascension d’Arturo Ui, qui marque leurs retrouvailles. Après avoir admirablement glissé ses pas dans ceux d’Edmond Rostand, tout en insufflant à la pièce une folie douce supplémentaire, Dominique Pitoiset se fond dans ceux de Brecht sans réduire le propos à une simple accusation de l’hitlérisme. Au contraire ! Il décide de ne pas mettre l’intrigue à distance de notre époque pour dénoncer la guerre de l’homme contre l’homme car la figure d’Arturo, cet assassin et chef de bande qui reçoit des leçons de maintien pour s’adresser au peuple, est plus que jamais d’actualité…

Mise en scène et scénographie – Dominique Pitoiset

Avec – Philippe Torreton dans le premier rôle

 

3 – HALKA :

—> mardi 31 janvier 2017 à 20h30

danse1

 

Après les succès de « Taoub », « Chouf Ouchouf » et « Azimut », le Groupe Acrobatique de Tanger revient aux racines de leur art acrobatique. Quatorze artistes sur scène, douze acrobates dont deux femmes et deux musiciens. Tous se disent être des « enfants » de Sidi Ahmed ou Moussa, un Saint soufi du quinzième siècle, protecteurs des acrobates marocains. Même si les croyances actuelles laissent peu de place à l’aura magique dont bénéficiaient leurs ancêtres, ils ne se privent pas de le rappeler. Dans Halka, les artistes du Groupe Acrobatique de Tanger questionnent avec leurs corps les mémoires d’un art qui a façonné leur rapport au monde. Grâce à leurs prouesses acrobatiques puissantes et singulières, ils s’affranchissent de toute frontière géographique ou culturelle pour emmener les spectateurs dans l’énergie unique de leurs corps multiples… Envoûtant !

Spectacle présenté dans le cadre de la 2ème biennale internationale des arts du cirque, Marseille Provence Alpes Côte d’Azur.

 

4 – LA FEMME ROMPUE :

—> vendredi 17 mars 2017 à 20h30 

avec Josiane BALASKO

josiane-balasko

Le Monologue de la femme rompue de Simone de Beauvoir est l’expression parfaite de la rage d’une femme contre l’idée formatée du bonheur imposée par un monde aujourd’hui encore dominé par les hommes. La rage de toutes les femmes ! La Femme Rompue : une rencontre de choc. Hélène Fillières, metteuse en scène et comédienne à succès dans la série télévisée Mafiosa où elle campe un chef de clan mafieux corse. Josiane Balasko, pierre angulaire de la troupe du Splendid, réalisatrice et comédienne césarisée pour Gazon maudit. Femme de tempérament et actrice rugueuse, contestataire des injustices sociales, engagée et lucide. Comme dans Le Monologue de la femme rompue : « lucide, trop lucide. Ils n’aiment pas qu’on voie clair en eux ; moi je suis vraie je ne joue pas le jeu j’arrache les masques ». Une partition sur mesure pour ces deux femmes de caractère. Presque un autoportrait…

Tiré du Monologue de la Femme Rompue– De Simone de Beauvoir

Mise en scène – Hélène Fillières

Avec – Josiane Balasko

 

II) LE LIBERTE

20 PLACES RESERVEES PAR SPECTACLE 

SAISON 2016-2017

RESERVATIONS POSSIBLES DES LE 1 JUILLET 2016

TARIF SPECIAL RELAIS PEIRESC : 20 € (au lieu de 28 €) 

(25 € pour « Vu du Pont » au lieu de 35 €)

(Règlement par chèque à l’ordre de « Le Liberté» )

 

1 – CIEL ! MON PLACARD :

—> vendredi 25 novembre 2016 à 20h30

cielmonplacard2

Portes qui claquent, gags qui s’entrechoquent : quand une bande d’acteurs déchaînés rendent un hommage délicieusement raté au théâtre de boulevard, ça donne un vaudeville délirant, à la fois drôle et absurde.

Madame Dada (Nicole Genovese) est bien ennuyée : alors qu’elle s’apprêtait à se ruer, en couple, à l’inauguration des Nouvelles Galeries, son mari s’éclipse. Elle cherche dans ses placards un nouveau compagnon qui pourra l’emmener courir les mondanités…

Décor en carton-pâte, costumes d’une laideur affligeante, intrigue insignifiante : tous les paramètres du théâtre de boulevard sont respectés dans Ciel ! Mon placard mais la parodie de Nicole Genovese touche juste par sa dimension outrancière flirtant avec l’absurde. Si l’on redécouvre aujourd’hui ce théâtre, intimement lié aux années 1970, capable de railler l’hypocrisie petite-bourgeoise, Nicole Genovese le détourne, voire le retourne allègrement, entre une légère nostalgie et une liberté folle. Le fameux placard d’où sort rituellement le mari, la femme ou l’amant demeure le symbole de cette mécanique prévisible mais toujours renouvelée du comique de situation propre au genre. Vaudeville sous acide où les dominants écrasent les dominés, où les femmes sont immanquablement délurées et où tout le monde trompe tout le monde, la pièce est parfaitement servie par une troupe de huit jeunes acteurs, totalement survoltés dans cette récréation ingénieuse et complètement jubilatoire.

Avec Matthieu Benigno, Paul Bouffartigue, Renaud Boutin, Sébastien Chassagne, Nicole Genovese, Nelson Ghrénassia, Marion Gomar, Adrienne Winling et Angélique Zaini

 

2 –  LAMBERT WILSON CHANTE MONTAND:

  —> samedi 11 février 2017 à 20h30

wilsonchantemontand

L’acteur-chanteur rend hommage à un monument dont on célèbre le 25e anniversaire de la disparition : vivant et audacieux.

Une silhouette noire et un chapeau, une gestuelle déliée sous des lumières blanches, le vibrato de la voix, un répertoire considérable signé des plus grands : Yves Montand est de ces icônes auxquelles il est périlleux de se mesurer. Lambert Wilson et Yves Montand ont en commun d’être acteur et chanteur (d’ailleurs sur le même registre de baryton léger) et aussi créatifs dans l’un et l’autre des domaines. Sur son album, il n’y a qu’à écouter À Bicyclette, À Paris et Les Grands Boulevards pour constater comment Lambert Wilson revêt le costume du grand Montand et pas seulement son feutre. Sur les enregistrements et à la scène avec six musiciens, l’écrin musical de Bruno Fontaine (réalisateur musical d’On connaît la chanson d’Alain Resnais) est décisif : ses arrangements orchestraux, soyeux et inventifs, confèrent ampleur et swing à la trentaine de chansons du répertoire. Mis en scène par Christian Schiaretti, directeur du Théâtre National Populaire de Villeurbanne, Molière du Théâtre Public et du Metteur en scène en 2009, le spectacle s’attarde aussi sur les personnages importants de la vie et de l’œuvre de l’interprète des Feuilles mortes, de Barbara et du Temps des Cerises.

Mise en scène Christian Schiaretti
Direction musicale et arrangements Bruno Fontaine

 

3 – VU DU PONT :

—> samedi 11 mars 2017 à 20h30 – 

avec Charles Berling « Molière 2016 » 

vudupont

Une grande tragédie aux échos actuels, redécouverte par un des maîtres du théâtre contemporain européen, qui adapte cette œuvre en français après un immense succès à Londres. Trois nominations aux Molières 2016.

Dans les années 1950, dans un petit quartier prolétaire non loin du pont de Brooklyn, Eddie Carbone couve paternellement sa nièce orpheline Catherine. Il ne l’a pas vue grandir et accepte mal qu’elle ait trouvé un emploi qui lui assurera un revenu confortable. Le même soir, par solidarité, Eddie accueille deux immigrés clandestins, des cousins de sa femme, Marco et Rodolpho…

Arthur Miller aurait eu 100 ans en 2017 et ce n’est que justice de redécouvrir toute l’ampleur et la justesse de l’écriture de l’auteur de Mort d’un commis voyageur ou des Désaxés, figure du théâtre politique et social, voix des sans-grade et des recalés du rêve américain. Cette véritable tragédie qui spécule avec force et lucidité sur la relativité des valeurs humanistes face aux pouvoirs judiciaires, Ivo van Hove nous la fait redécouvrir avec maestria. Un texte réactualisé pour des acteurs tragédiens jetés sur un plateau nu, au cœur d’un cube et dans une perspective trifrontale, que Ivo van Hove manipule avec l’inventivité de scénographe qu’on lui connaît. Aux côtés de Charles Berling (Eddie) dont la performance lui a valu le Molière 2016 du Comédien dans un spectacle de Théâtre public et d’Alain Fromager (l’avocat Lafieri), toujours impressionnant, surgissent avec force les talents d’acteurs révélations : Caroline Proust, Pauline Cheviller, Nicolas Avinée, Laurent Papot, Pierre Berriau ou Frédéric Borie.

Texte Arthur Miller

Mise en scène Ivo van Hove

Avec Nicolas Avinée, Charles Berling, Pierre Berriau, Frédéric Borie, Pauline Cheviller, Alain Fromager, Laurent Papot et Caroline Proust

 

4 – L’AMOUR ET LES FORÊTS :

—> mardi 30 mai 2017 à 20h30

avec Isabelle ADJANI

Isabelle Adjani

Le roman d’Éric Reinhardt adapté dans une mise en scène radicalement sensorielle, un poignant portrait de femme avec la complicité d’Isabelle Adjani.

Éprouvant des difficultés à écrire son nouveau roman, un écrivain rencontre une de ses lectrices et recueille ses confidences : Bénédicte Ombredanne est mariée à un homme qui l’asservit avec ses crises de jalousie, effroyables et répétées. Aspirant malgré tout au bonheur, elle passe à l’acte et le trompe…

Après Cendrillon et Élisabeth ou l’Équité (vus au Liberté dans son adaptation par Frédéric Fisbach), Éric Reinhardt signait avec ce phénomène de la rentrée littéraire 2014 un nouveau portrait de femme. Pour adapter cette troublante autofiction, Laurent Bazin reste fidèle à la forme innovante du roman, tout en ruptures. Au récit du narrateur succède, grâce à une scénographie nourrie de vidéo et du travail sonore de Diego Losa, l’expérience émotionnelle de l’héroïne puis une enquête qui bouleverse à nouveau le fil de l’histoire. Cette mise en scène immersive nous fait basculer dans un véritable voyage sensoriel. Pour conduire ce récit, qui de mieux qu’Isabelle Adjani, instance ambiguë, tantôt narratrice, tantôt fantôme délicat de Bénédicte Ombredanne.

D’après le roman d’Éric Reinhardt

Adaptation et mise en scène Laurent Bazin

Avec Isabelle Adjani, Vanessa Fonte, Fabien Joubert, Diego Losa, Céline Toutain